Skip to content
Friday, 26 January , 2007 / ermes

Economia della semplicità


Riporto un’articolo apparso sulla edizione on line del Financial Times martedì 23 gennaio scorso (per poi trovare pubblicazione a stampa il 24). L’analisi ricorda le riflessioni di Karl Raimund Popper che amava distinguere tra società aperte e società chiuse, sistemi democratici e sistemi autoritari, ricerca falsificabile e ricerca dogmatica… Dico del metodo: più che il trionfo della babele, l’esplosione della sottigliezza, la superfetazione dei distinguo, sarebbe opportuno oggigiorno, soprattutto nel nostro caro Belpaese, discutere con chiarezza di fondo, semplicità di rigore. Sì sì, no no, pane al pane, vino al vino. Ma si sa, l’Italia terra dei legulei da che i quattro capponi di Renzo Tramaglino… l’Italia patria dei dogmi tomistici e dei perdoni cavillosi de’ gesuiti… l’Italia fabbrica di mesterianti della tecnica (sanità, magistratura, università, informazione…) preferisce altro, adora e idolatra davvero benaltro.

corporazioni-comune-orvieto-medioevo.jpgEuropean corporatism must embrace change
By Martin Wolf

Why did the economies of continental Europe fail to converge on the US after their brilliant post-second world war resurgence and then, more recently, start falling behind again (see charts)? Why are they mired in high unemployment? What do these facts tell us about their economic model? Last year’s Nobel laureate, Edmund (Ned) Phelps of Columbia University responds by arguing that continentals have chosen the wrong system: corporatism.

As Prof Phelps noted in his Nobel lecture, he starts from a rejection of orthodox neoclassical economics.* This, he insists, abstracted from the “distinctive character of the modern economy – the endemic uncertainty, ambiguity, diversity of belief, specialisation of knowledge and problem solving”.

A central distinction, argues Prof Phelps, is between capitalism and corporatism. By capitalism, he means a system of free enterprise that embraces and motivates entrepreneurship. By corporatism, he means a system in which businesses have to negotiate change with the government and “social partners”.**

Capitalism does not mean laissez faire, argues Prof Phelps, just as corporatism does not mean an absence of private ownership. The difference lies in the openness of the former to economic experiment and so to the gales of Joseph Schumpeter’s creative destruction. The new entrants nurtured by a dynamic free enterprise economy are the catalysts of innovation. But the incumbents protected by corporatism are too heavily invested in the status quo: they are prisoners of the present.

The US, as it has been since the late-19th century, remains the world’s frontier of market-led innovation. Well-organised corporatist economies, suggests Prof Phelps, can catch up on the progress made by such a dynamic capitalist economy, but cannot surpass it, because they are parasitic upon the latter’s vitality.

According to Prof Phelps, the size of the initial gap explains the extraordinary growth in continental Europe in the 1950s and 1960s: in 1950, Germany’s gross domestic product per head at purchasing power parity was less than half US levels. Europe, long industrialised, was better equipped for such catch-up than anywhere else in the world (with the exception of Japan). But continental economies were ill-suited to striking out on innovative paths of their own.

Prof Phelps explains not only the rapid rise in relative productivity of the 1950s and 1960s in this way, but also the high continental employment of that period. Faster expected growth of productivity increased the value of capital assets, including trained employees, he argues. This induced an investment boom and so a fall in unemployment. When expected productivity growth fell once more, employment was bound to fall, too, as indeed it did from the mid-1970s.

By the early 1990s, continental output per hour was about 90 per cent of US levels. But only 75 per cent of those of working age in France and Italy were in employment, against 87 per cent in the US. Then productivity growth slowed still further in the eurozone, with hourly productivity in the business sector growing at only 0.9 per cent a year after 1998.

economic_freedom_2006_map.jpgMeanwhile, US productivity growth accelerated. The explanation for this has been a wave of innovation focused on the development and use of information technology, particularly the internet. But continental Europe has shown a lack of fundamental innovation in this sector, compared with the US, and even an inability to use what has been developed elsewhere.

Remarkably, the information technology revolution is the first since the industrial revolution in which none of the big European economies plays a leading role. For this, argues Prof Phelps provocatively, the explanation is a lack of underlying dynamism: “The shortcoming of the system was the continent’s corporatist economic system (or systems), a system constructed of big unions, big employer confederations and big banks, all mediated by a big public sector – a system that had been built up starting in the 1920s on the belief that it would be better than capitalism.”

This fascinating analysis raises a number of big questions.

The first is what exactly are the distinctions between countries. To answer this, Prof Phelps looked at cultural factors, using data drawn from the University of Michigan’s World Values Surveys, in a paper presented last year in Venice.***

In this paper he contrasted Canada, the UK and the US with Germany, France and Italy. The first group all have superior jobs performance. This, argues Prof Phelps, is partly because of their greater freedom of decision-making at work and so the greater satisfaction people derive from their jobs (see charts). In this way, invisible cultural differences influence the visible outcomes in employment. The US and Canada also have a higher turnover of companies than the continental countries, which is a good measure of dynamism.

Yet neither Canada nor the UK is superior to the continentals in output per hour or patenting activity. Thus, while differences do exist between the English-speaking countries as a group and the continentals as a group, the US is unique. It is the “capitalist” country: the engine of the future.

The second question is why such differences should exist. Prof Phelps suggests that the durability of continental corporatism derives from culturally embedded hostility to the rewards of business life.

The final and most important question is what this unorthodox analysis implies for policy.

Here Prof Phelps offers bad news and good news for continental countries. The bad news is that a system delivering neither dynamism nor high employment is failing. The good news is that Prof Phelps believes it is possible to combine dynamism with desired “social inclusion”, provided the welfare state subsidises employment, not idleness. He does not simplistically recommend low taxes and an end to the welfare state. His focus is, instead, on a willingness to embrace market-led change. His advice is good: those who resist economic change will surely be overwhelmed by it, in the end.

* Macroeconomics for a Modern Economy, December 8 2006; ** Understanding the Great Changes in the World, Capitalism and Society, 2006; *** Economic Culture and Economic Performance: What Light is Shed on the Continent’s Problem? Conference on the Performance of the Continent’s Economies organised by Munich’s CESifo and Columbia University’s Center on Capitalism and Society, June 2006.

martin.wolf@ft.com

8 Comments

Leave a Comment
  1. ermes / Jan 26 2007 8:17 PM

    Fiorenza mia, ben puoi esser contenta
    di questa digression che non ti tocca,
    mercé del popol tuo che si argomenta.

    Molti han giustizia in cuore, e tardi scocca
    per non venir sanza consiglio a l’arco;
    ma il popol tuo l’ha in sommo de la bocca.

    Molti rifiutan lo comune incarco;
    ma il popol tuo solicito risponde
    sanza chiamare, e grida: «I’ mi sobbarco!».

    Or ti fa lieta, ché tu hai ben onde:
    tu ricca, tu con pace e tu con senno!
    S’io dico ‘l ver, l’effetto nol nasconde.

    Atene e Lacedemona, che fenno
    l’antiche leggi e furon sì civili,
    fecero al viver bene un picciol cenno

    verso di te, che fai tanto sottili
    provedimenti, ch’a mezzo novembre
    non giugne quel che tu d’ottobre fili.

    Quante volte, del tempo che rimembre,
    legge, moneta, officio e costume
    hai tu mutato, e rinovate membre!

    E se ben ti ricordi e vedi lume,
    vedrai te somigliante a quella inferma
    che non può trovar posa in su le piume,

    ma con dar volta suo dolore scherma.
    (Purgatorio, VI)

  2. ermes / Feb 28 2007 12:39 PM

    EDMUND PHELPS – Pas de « bonne vie » sans travail
    Article publié le 25 Février 2007, source: Le Monde
    Par Propos recueillis Maguy Day et Eric Le Boucher

    Ségolène Royal et Nicolas Sarkozy veulent réhabiliter le travail en France. Quel conseil leur donneriez-vous ?

    Il se trouve que j’ai écrit il y a une dizaine d’années un livre dont le titre est Récompenser le travail (Harvard University Press, 1997), c’est donc un sujet auquel je suis particulièrement attaché. Dans beaucoup de pays le salaire, spécialement au bas de l’échelle, a perdu de son importance à cause des nombreux compléments sociaux : aide familiale, aide au logement, santé, retraite… Aux Etats-Unis, où nous avons contrairement à ce que beaucoup croient en France un Etat social, les bénéfices sociaux ne sont pas si élevés comparés au revenu tiré du salaire. Revaloriser le travail suppose d’abord d’en rappeler les fondements : il s’agit de l’activité humaine principale, essentielle à l’intégration sociale. Le travail est en outre source de stimulation mentale pour les individus, la construction d’une carrière étant le moyen pour chacun de réaliser son potentiel et d’exprimer ses talents.

    Pas pour tout le monde…

    Le besoin de se réaliser est universel. On pense à tort que c’est une valeur américaine mais c’est en réalité la pierre angulaire de la doctrine classique de la “bonne vie”. Aristote nous dit que tous les êtres humains veulent élargir leurs horizons et “découvrir leurs talents”. Benvenuto Cellini décrit à la Renaissance les joies de la créativité et de l’épanouissement dans son autobiographie. L’époque baroque puis les Lumières célèbrent la quête incessante du développement personnel. Jefferson et les autres penseurs des Lumières ne font que prolonger cette tradition, qui se retrouve ensuite dans l’école américaine de philosophie pragmatique avec William James puis Dewey et jusqu’aux travaux de John Rawls qui parle “d’autoréalisation”.
    Ce qui est vrai, c’est que beaucoup de gens ne sont pas encouragés à construire de véritables carrières car les incitations à progresser, les salaires, sont trop faibles. Les individus ne progressent alors ni dans leurs aptitudes intellectuelles ni dans leur capacité à résoudre des problèmes nouveaux et ils peuvent devenir à terme inemployables.

    Que faire ? Faut-il par exemple augmenter le salaire minimum ?

    Cette mesure a certes pour effet de relever les salaires au bas de l’échelle mais elle évacue dans le même temps du marché du travail les individus que leur faible productivité rend alors “trop chers”. Il est difficile de trouver un bon arbitrage entre ces effets contradictoires. C’est pourquoi je suis favorable en la matière aux aides publiques versées soit aux employés, sous forme de crédit d’impôt comme aux Etats-Unis ou en Grande-Bretagne, soit aux employeurs. Cette dernière solution me paraît être la meilleure, car elle incite à embaucher et conduit donc à augmenter les taux d’emploi.

    La France souffre d’une croissance durablement affaiblie. Comment dynamiser son économie ?

    Ne connaissant pas suffisamment dans le détail la situation française, qui me semble au demeurant assez complexe, je m’en tiendrai à une réponse générale issue de mes travaux sur le dynamisme économique. Il faut comprendre que la productivité n’est pas le tout de la performance économique. Celle-ci s’apprécie aussi et peut-être même surtout par les taux de participation et d’emploi et la satisfaction au travail ainsi que par le degré d’engagement des salariés dans leur emploi. Or, selon les données recueillies par l’université du Michigan, la satisfaction au travail est assez basse en France comparée à celle que l’on peut observer aux Etats-Unis, au Canada ou même au Royaume-Uni.

    En quoi la satisfaction au travail est-elle importante ?

    Parce que le fait de se réaliser au travail et d’avoir un parcours professionnel source de satisfaction personnelle est essentiel dans la vie. Il est établi empiriquement que la satisfaction au travail est un élément déterminant de la satisfaction dans la vie.

    Mais tous les emplois ne demandent pas de “l’engagement”, comme vous dites ?

    Sans doute, encore que tous les emplois peuvent être améliorés dans cette direction. Mais ce que vous dites est surtout vrai pour les économies non dynamiques. Plus un pays est dynamique, plus les emplois requièrent de la part des salariés un engagement important. Henri Bergson prônait ainsi “l’élan vital”, cette vie qui change tout le temps. Je crois que l’Europe, et la France, qui avaient cette tradition de la quête de la connaissance, de l’amour du changement, du défi intellectuel, sont en train de la perdre. Bien entendu, on peut toujours trouver des satisfactions exclusivement hors du travail. Mais je crois que c’est à terme un mauvais pari.
    A mes yeux la France, comme d’autres pays du continent européen, souffre avant tout du manque de dynamisme de son environnement économique qui ne favorise pas assez “l’élan vital” cher à Bergson. Une économie dynamique crée plus de demande dans les secteurs innovants, le design, le marketing, la recherche, toutes ces activités où l’on est payé pour apprendre. Et plus il y en a, plus l’emploi est abondant et de haut niveau. Plus il y a de dynamisme, plus il y a d’innovation, plus il y a de prospérité.

    Pourquoi cette faiblesse française et européenne ? L’Etat est-il trop lourd ?

    Je ne vous tiendrai pas comme certains de mes collègues américains de discours idéologique sur le poids excessif du secteur public, la soumission du gouvernement aux lobbies et aux corporations et la mauvaise allocation des ressources qui en résulte. Tout simplement parce que je suis convaincu que ce n’est pas le coeur du problème.

    Quel est-il alors ?

    Le coeur du problème est la nature du système économique européen. Celui-ci se compose de deux éléments : les institutions économiques et la culture économique. Par institutions économiques, j’entends à la fois les principes juridiques du droit des sociétés ou du gouvernement d’entreprise, mais aussi les organisations de financement de l’économie, qu’il s’agisse des banques ou des marchés financiers. Il est pour moi clair qu’un jeune entrepreneur qui se lance en Europe rencontre un ensemble d’institutions défavorables à son projet : certaines lois ou règlements, certaines interventions du gouvernement dans le secteur privé qui, prises ensemble, induisent une forme de protection des marchés à l’égard des nouveaux entrants. Tout cela est décourageant. Si l’Europe veut de bons emplois et de la prospérité, elle doit rendre ses institutions économiques favorables à l’innovation, ce qui, j’insiste, n’a rien à voir avec le néolibéralisme naïf qui veut en finir avec l’Etat-providence.
    S’agissant de la culture économique, le rapport des Européens d’aujourd’hui à l’esprit d’entreprise est paradoxal. Comme me le faisait remarquer un jour un collègue allemand, un Allemand préférera dire qu’il a hérité de sa fortune plutôt que dire qu’il l’a faite lui-même ! Plus sérieusement, les données disponibles sur les valeurs au travail montrent que les Européens sont moins enclins que les Américains ou les Canadiens à accepter des postes où le sens de l’initiative ou celui de la responsabilité sont déterminants. Et pourtant, l’esprit d’exploration et de découverte est né en Europe. L’idée que c’est la culture d’une nation qui détermine in fine sa performance économique en termes de prospérité collective et de développement personnel est d’ailleurs une idée des Lumières…

    Comment analysez-vous le système européen ?

    Le modèle européen (bien qu’il faille distinguer les situations nationales), ce n’est pas seulement la retraite ou la santé, c’est aussi une immixtion forte dans la façon dont les entreprises privées émergent et sont gérées. Aux Etats-Unis, cet interventionnisme est bien moins présent. Il faut comprendre à ce sujet que la question de la taille de l’Etat social compte peu en réalité. Ce qui compte bien plus, c’est cette infrastructure institutionnelle corporatiste constituée à la fois de syndicats de salariés et de confédérations d’employeurs mais aussi d’union d’industriels, de banques ou d’assurances qui paraissent se protéger collectivement contre l’innovation.

    Justement, ne vivons-nous pas dans un capitalisme nouveau où l’innovation compte plus qu’avant ?

    Non, je ne crois pas que cette situation soit si nouvelle qu’on le dit. Après 1860, la productivité s’est accélérée dans tous les pays les uns après les autres. Les Etats-Unis ont progressé rapidement sur ce nouveau sentier de croissance entre les deux guerres. L’électrification se généralisait ainsi que les méthodes de production mises au point par Ford. Après la seconde guerre mondiale, la productivité a continué son ascension grâce à l’électronique, l’informatique, etc. Notre période s’inscrit donc dans une continuité et ne représente pas une rupture.

    L’Europe sera-t-elle capable de rattraper son retard dans le dernier cycle d’innovations ?

    Tôt ou tard, oui. Mais cette fois, le rattrapage risque de prendre plus de temps parce que les innovations de la dernière décennie sont plus nouvelles pour les Européens que ne l’étaient les innovations des années 1950 et 1960. L’Europe pourrait accélérer son rattrapage si elle était capable de réformer ses institutions économiques et son rapport éthique au monde du travail.

    Edmund Phelps est professeur d’économie à l’université Columbia, Prix Nobel d’économie en 2006 pour ses travaux sur l’inflation et le chômage

  3. morganusvitus / Apr 4 2007 4:14 PM

    The site looks great ! Thanks for all your help ( past, present and future !)

  4. Dina Stica / Dec 11 2007 7:02 PM

    Soddisfatti e dinamici – Edmund Phelps e Gylfi Zoega, Corriere della Sera/Economia 10.12.07

  5. Eva Interrogh / Nov 28 2010 11:28 AM
  6. is hgh The key To anti-aging? / Apr 20 2014 8:04 AM

    It’s going to be end of mine day, but before ending I am reading this impressive piece of writing to increase my experience.

Trackbacks

  1. Mind Your Own Business « Abeona forum
  2. Se il buongiorno si vede dal mattino… « Abeona forum

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: